Géographie de la bêtise

by kaullyne

“Je me levai, je faisais mon lit, je petit-déjeunais auprès de Man, jus d’injures fraîchement pressé, omelette aux déceptions et toasts beurre-déconfiture, et ma journée était cuite.”

IMG_3786

Et si tous ces marginaux ces imbéciles, que l’on écrase quotidiennement de notre dédain, se décidaient à créer leur propre communauté ?

Si l’un de ces idiots inspirant tout au plus pitié et pathétisme, saisi d’un trait de génie décidait de fonder un village pour tous les béotiens et autres sots de son espèce?

Un petit havre de paix, ou la stupidité de tout un chacun les exempterait des trivialités et mesquineries du genre humain. Un ptit coin de paradis…dans lequel l’éboueur serait encensé pour permettre à la communauté de vivre dans un lieu sans ordures ni autre déchets organiques.
Un endroit dans lequel la vie serait tellement facile et agréable, que nous autres pauvres prétentieux souhaiterions en faire partie.

Nous les orgueilleux, usés par notre rythme métro-boulot-dodo, nous accourrions de tous les horizons langue pendante et faisant mine de confondre notre droite et notre gauche afin d’être accepté.
Mais…il est parfois plus difficile de jouer les imbéciles que ce qu’il y parait comme nous le démontre Max Monnehay.

En mettant le doigt sur une société qui marche parfois à l’envers, c’est une véritable leçon de vie que nous offre cet ouvrage, nous rappelant qu’on devrait, non seulement prendre soin de nos idiots mais également apprendre d’eux.

“Démasquer : C’est quand ton petit manège s’arrête soudain de tourner, que les enfants que tu faisais virevolter dessus ont grandi et ne voient plus désormais que la peinture écaillée et la queue en plastique des chevaux taille hui ans.”